Le guide de votre bien-être à domicile

Literie

Bien dormir grâce à sa literie

femme dormant

© Domenico Gelermo - iStockphoto

La qualité de la literie a un réel impact sur le sommeil. A priori vous convaincre n’est pas trop difficile puisque 92 % des Français reconnaissent qu’une bonne literie est bonne pour la santé.
  1. Repérer les faiblesses de votre literie
  2. Un nouveau lit pour plus de sommeil
  3. La literie, berceau de la relaxation
  4. Le linge de lit, plus qu’un détail

Repérer les faiblesses de votre literie

Trop souvent à l’origine de mal de dos, de mauvaise humeur permanente due à un sommeil moins réparateur qu’il ne devrait être, la literie doit être l’élément le plus confortable de votre intérieur. Le lit, c’est notre cocon protecteur où l’on est censé passer la majeure partie de notre temps. Les modes de vie contemporains nous en ont éloignés, raison de plus pour ne pas négliger les quelques heures de sommeil qu’il nous reste. Tout d’abord, il faut savoir qu’une literie qui a plus de 10 ans doit être changée. Tous les matelas, quelle que soit leur qualité de départ, ne peuvent assurer un bon sommeil au-delà de cette « date de péremption » ; pire il peut engendrer des douleurs physiques importantes. Toutefois, il est possible qu’avant 10 ans, votre literie soit déjà bonne pour le recyclage. Si comme plus de la moitié des Français, vous vous réveillez avec un mal de dos il y a de fortes chances pour que vous puissiez accuser votre matelas ou votre sommier. Si, lorsque vous êtes allongés et que vous passez votre main à la surface du matelas vous remarquez des bosses ou des trous irréguliers, c’est que celui-ci n’assure plus ses performances d’origine. Par ailleurs, les professionnels du sommeil conseillent d’avoir un matelas et un sommier du même âge. Souvent négligé, en effet, le sommier joue lui aussi beaucoup sur la qualité du sommeil : c’est lui qui amortit 33 % des mouvements du corps. Il présente l’avantage de rallonger la durée de vie de votre matelas. Evitez donc surtout, comme on le voit malheureusement souvent, de vous passer d’un sommier, d'autant qu’à même le sol un matelas est mal aéré et vous expose à des problèmes respiratoires et autres allergies. Moins amorti, votre dos sera lui aussi exposé à des tensions plus graves que les simples courbatures matinales.

Un nouveau lit pour plus de sommeil

Selon une étude menée par les équipes du CHU de Montpellier en 1992, en moyenne,une nouvelle literie ferait gagner 53 minutes de sommeil récupérateur par nuit ! L’impact sur la qualité de vie est donc loin d’être négligeable. Nous disions qu’un lit ne vivait pas plus de 10 ans : sachant que nous perdons chacun presque un demi-litre d’eau par nuit, cela correspond à l’équivalent de 300 litres d’eau par an pour un lit deux personnes. Ajoutons à cela les déformations dues aux 30 000 heures d’utilisation, nous comprenons aisément que notre petit lit douillet perd de ses qualités. L’on peut sentir les ressorts retomber dans nos propres empreintes creusées au fil des ans. Par ailleurs, il convient également de changer d’oreiller régulièrement pour toujours profiter d’un maintien de la tête optimal. Selon votre position pour dormir, sur le ventre, sur le dos ou sur le côté, les oreillers se déclinent en plusieurs épaisseurs et sont plus ou moins denses. Avec le temps, ils soutiennent moins bien vos vertèbres cervicales et vous ressentez des douleurs dans la nuque et dans le cou.

La literie, berceau de la relaxation

Par sa fonction, le lit est l’endroit où nous sommes le plus détendus puisqu’on y dort. Toutefois, les pratiques sociales ont largement évolué au cours des dernières décennies : nombre d’entre nous y ont diversifié leurs activités. Certains y lisent, d’autres y travaillent, tandis que d’autres encore vont y regarder la télévision voire même manger. Pour répondre à ces nouvelles pratiques, le lit à évolué, il s’est redressé, il est devenu flexible et se transforme en fauteuil avec toujours pour objectif la détente de l’esprit et le confort du corps. Toutefois il est déconseillé de multiplier les activités éveillées dans le lit. Cela pourrait entrainer des troubles du sommeil dans la mesure où de telles pratiques dérèglent les repères spatiaux et fonctionnels. Le lit n'étant plus exclusivement un espace du sommeil, nous n’y trouvons plus les conditions d’un bon sommeil.

Le linge de lit, plus qu’un détail

Il ne suffit pas d’avoir un bon lit pour bien dormir, encore faut-il que les draps, les oreillers et autres traversins soient à la hauteur. Rien ne sert en effet d’avoir un matelas traité contre les acariens si le linge ne l’est pas aussi. Il est par ailleurs important de changer ses draps le plus souvent possible puisque ce sont eux qui, les premiers, absorbent la transpiration nocturne. Il en va de même avec les oreillers, d’autant plus qu’ils sont souvent à proximité de nos voies respiratoires.